forum de rp médiévale fantastique
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mark Qaletaga

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mark Qaletaga

avatar

Messages : 22
Écus : 730
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 54
Localisation : Là où Honaw me guidera

Feuille de personnage
Race: Hybride
Métier n°1: Oracle
Niveau: 8

MessageSujet: Mark Qaletaga    Jeu 27 Aoû - 1:51




        « QALETAGA . Mark                            






        Qaletaga veut dire "le veilleur des hommes". Ce nom lui sert aussi de surnom et de titre honorifique.


        __________________________


        → Age : 52 ans, et toujours aussi en forme qu'à ses 20 ans.

        → Race : Hybride, Mark est un centaure, mi-homme, mi-cheval.

        → Famille: Second enfant d'une famille de quatre, et père de deux jeunes filles valeureuses.

        → Métier I : Oracle

        → Métiers II : Chaman

        → Signe distinctif : Hum... Quatre sabots, une queue de crin noirs et une robe d'ébène avec trois empreintes de main sur le flanc ?

        → Taille : 1m72

        → Poids : Dans les 460 / 500 kilos, le poids d'un cheval adulte de taille moyenne.


                             
        Physique




        On a de maintes fois voulu dessiner mon portrait, pour me l'offrir ou pour demander aux Déesses de me protéger, ou encore pour l'afficher dans les tentes des vainqueurs de guerre et des grands hommes de la tribu. Chaque fois le portrait est le même, bien que l'artiste soit différent. Tous mes proches disent qu'ils ont l'impression que mon essence est en ce portrait, et qu'il pourrait se mettre à mouvoir et leur parler comme moi d'un instant à l'autre. Etant originaire d'une petite tribu d'hybrides vivant en marge de la ville d'Azenor, dans le désert de Kadoan, je suis peint comme un homme d'une bonne taille et d'une carrure assez respectable, à la peau halée et burinée par le soleil et les années.

        Sur celui que mes filles préfèrent, j'arbore mes peintures de guerre : le haut de mon visage est couvert d'une peinture rouge vive, et mes yeux entourés d'un masque noir de charbon, d'où deux traits filent le long de mes joues pour s'arrêter au bas de mon visage, comme des traces de larmes, par respect pour ceux qui mourront au combat, qu'ils soient ou non des nôtres. Mes cheveux bruns sont longs, ils arrivent au milieu de mon dos, et sont constellés de plumes en tout genre et de petites tresses, toutes faites par mes filles. Je porte une veste de tissu noir plutôt épais, ouverte sur mon torse, dont les épaules sont décorées du duvet argenté de jeunes serpents à plumes. Sur ce portrait je suis accompagné de Napayshni, Le Courageux, un étalon sauvage, chef de la horde qui vit alentours et qui a noué de forts liens avec nous, et surtout avec les filles. C'est un cheval impressionnant, bien plus grand que moi, il fait facilement deux mètres au garrot.

        Souvent la plupart des portraits fait de moi s'arrêtent au dessus de la taille, mais celui là est immense, et j'y suis représenté en entier. Ce qui comprend mon corps de centaure. J'ai donc le corps d'un cheval, à la robe d'ébène et aux muscles robustes. Il est décoré de peintures de guerres que je ne porte plus depuis de très nombreuses années : de grandes et épaisses flèches d'un bleu profond, peintes pour nous apporter la victoire, des flèches de feu d'un rouge sang apportant force au guerrier et signifiant les ennuis tombant sur l'ennemi, ainsi que des arches de peinture bleue claire, prière pour que la grêle s'abatte sur nos opposants, ou plutôt la pluie de nos flèches, et enfin, des croix rouges, signifiant que j'avais maintes fois survécu à des attaques et des embuscades. Je suis de profil sur ce portrait mais je crois qu'on peut même voir deux éclairs violets sur ma patte avant droite, qui sont une prière pour la guerre. Je n'apprécie que peu ce temps où je fus guerrier, mais les miens avaient besoin de mon aide.
        C'était avant la naissance des filles, maintenant les seuls peintures restantes sur mon corps sont les empruntes de leurs mains et de celle de leur mère, rendues résistantes aux affres du temps et de la pluie grâce à des herbes spéciales et quelques sorts. Et un collier de plusieurs pierres précieuse pend à mon cou. Ces pierres ont été récoltées spécialement par ma femme. On trouve de l'agate d'un bleu profond, de l'améthyste, un quartz en pointe, une labradorite aux bords émoussés, une lépidolite, ainsi qu'une obsidienne et une tourmaline noires comme les ténèbres. Ce collier aux nombreuses perles de pierres ne me quitte jamais.




                 
        Mental




        Les gens m'ont toujours décrit comme un ange. Un homme bon et juste, attentionné et protecteur, sage et mesuré. Partout on vantait mes mérites et chacun me houspillait en me disant que j'étais trop modeste. Mais mon émotion à chaque fois qu'un homme ou qu'une femme me décrivait comme un grand homme était réelle. Jeune, j'avais eu la fougue et l'audace des nouveaux guerriers, n'attendant que leur premier combat. Mais cette fougue fut calmée dès ma première bataille, dès les premiers morts et mes premiers meurtres. Je pris soudain conscience des horreurs des batailles, et surtout de leur absurdité. Mes frères et moi nous battions pour notre survie et pour nos valeurs, contre des hommes qui auraient pu être nos frères et vivre en harmonie avec eux. Apprenant de nous comme nous aurions appris d'eux.
        Mais au lieu de cela, l'homme colonisateur était venu décimer nos villages pour  profiter des richesses du désert et pour avoir la fierté égocentrique de clamer ce territoire sien. D'abord fou de rage je voulu m'en prendre moi même aux hommes. Attaquer la ville la plus proche, et devenir ce monstre sanguinaire qu'ils étaient. Mais le chaman et sage du village m'arrêta avant que je ne commette l'irréparable. Il me prit sous son aile et dit aux chefs de guerre que ce n'était pas bon pour moi de combattre. Ils furent compréhensifs, et mon caractère se calma bien vite aux côtés du vieux sage et de ses connaissances. Il m'apprit tout ce qu'il savait, ainsi qu'à sa fille, qu'il forma en même temps que moi. elle avait mon âge, elle aussi était une centaure -nous l'étions tous- et sa robe était d'un blanc immaculé pommelé de quelques tâches grises.
        Ce fut le coup de foudre. Et quand son père mourut je repris le flambeau avec elle à mes côtés, en tant que guide, conseillère, et femme... elle fut d'un grand soutient, et nous aidâmes les nôtres pendant de longues années de paix.

        Quand un jour nous dûmes reprendre les armes, je fut appelé, et nous livrâmes notre dernière bataille des jours durant, sortant victorieux, mais au prix de nombreuses pertes... Je crus même en faire partie, puisque le soir suivant, alors que nous cherchions quelques ingrédients pour les potions, je m'écroulait sur le sable brûlant, inconscient. Je fis de drôles de rêves pendant ce coma. J'étais perdu dans le désert, sous un jour éternel, mourant, quand devant moi, une tempête de sable se levait, prête à me balayer comme le vent pousse une feuille morte. Mais au lieu de m'engloutir, le mur de sable restait sur place, laissant sortir un immense ours brun de plusieurs mètres de haut. L'animal portait de nombreux bijoux, des plumes et un piercing à l'oreille, un collier de perles d'os. Un châle traditionnel sur les épaules, il portait entre ses pattes avant un attrape rêve comme ceux décorant la maison de nos hommes de médecine et d'esprits. Il s'adressa à moi dans un langage incompréhensible avant de disparaître dans les sables, puis j'ouvris les yeux, inspirant comme si je sortais la tête de l'eau après m'être noyé. Pendant de nombreux jours je ne dis plus rien et ne put plus dormir.
        Ma femme resta tout ce temps auprès de moi, quand finalement la première vision vint. Je la voyais donner naissance à nos filles, et je ressentais sa douleur comme mienne. Cette vision me fit m'évanouir à nouveau, mais il ne nous fallut pas longtemps pour comprendre quel don venait de s'éveiller en moi. Je fus exténué les premiers temps, et tenta de me renfermer sur moi même, ne pouvant pas poser les yeux sur quelqu'un ou quelque chose sans être assaillit de visions. Mais mon épouse me soutint de toutes ses forces, et je put remonter la pente, apprenant doucement à ne plus me laisser envahir par ses visions et ses sentiments qui n'étaient pas miens. La naissance de nos filles me combla de joie et fit de moi un homme nouveau et plein de forces, au caractère calme et serein, mais très vite de nouvelles visions vinrent perturber mes journées, cette fois plus fortes que toutes. Yggdrasil était souffrant, Honaw, l'Ours, mon gardien, venait me chercher pour que je sois témoin et acteur de sa renaissance.

        Histoire




        Mon histoire vous a déjà un peu été contée, et la plus importante est celle que je vis maintenant, mais si il faut en raconter plus, alors je vous livre mon passé avec transparence et humilité.
        Lorsque mon don d'oracle me fut révélé, j'avais trente ans. Les centaures ont une longue espérance de vie, et trente ans est un âge relativement jeune. Mon esprit fut particulièrement déstabilisé par cette nouvelle capacité, moi qui n'avait fait que de rares rêves prémonitoires par le passé, comme ma femme ou mes frères, comment s'attendre et se préparer à ce changement ?
        On me raconta que lorsque mon épouse revint en toute hâte au village, et articula avec peine qu'il m'était arrivé quelque chose, tout le monde avait redouté le pire. Une blessure interne après les affrontements, une maladie, une malédiction... On envoya cinq des hommes les plus forts pour me retrouver et me ramener. Après cela, je demeurai une longue semaine inconscient. Ce fut mon voyage initiatique, la rencontre avec Honaw, la libération de ces nouvelles énergies en moi. On me dit que ces sept jours furent horribles. J'avais une fièvre incroyable, je m'agitais et faisait de nombreuses crises. Mon état externe était complètement différent de ce que je vivais dans mon monde onirique. Le voyage dont je me souviens ne dura d'abord pas plus d'un jour, mourant de chaud, j'étais bien incapable de m'agiter et me contentais de marcher droit devant moi en tentant de me repérer au milieu de l'immense mer de sable, puis Honaw vint à moi, et mon enveloppe charnelle se calmait soudainement...

        A mon réveil je ne compris pas immédiatement ce qui m'était arrivé, et la joie que ma femme avait de me retrouver en vie effaça toute réflexion, jusqu'au jour où j'eus ma vision... Une petite semaine après mon réveil. Elle me fit m'évanouir à nouveau, et je revis Honaw, en haut d'une dune, me regarder, posé sur ses pattes arrières comme un totem. Je compris qu'il veillait sur moi, et quand je parlais de ma vision à mon réveil, ma femme formula cette nouvelle que je ne pouvais croire : j'étais un oracle, mes pouvoir s'éveillaient enfin. Les jours qui suivirent furent cauchemardesques. Je tentais de mener la même vie qu'avant, mais elle était devenue impossible, insoutenable. Chaque personne m'adressant la parole, me touchant, ou même me regardant provoquait un déferlement atroce de visions. Des flashs, des images entremêlées dans queue ni tête, des émotions. Vives, tranchantes, tout se déversait en moi comme si j'en étais l'unique propriétaire, je les vivais toutes avec la même intensité que si elles avaient été miennes, et cela fut un tsunami de douleur et de violence. Je ne voyais pas que l'avenir des gens, je voyais aussi leur passé, les traumatismes, les batailles, les deuils, les blessures... Tout ce qui avait laissé une empreinte forte dans leur être ou qui s'apprêtait à le faire. Je m'évanouis de nombreuses fois encore, en proie à des crises de panique, et finit par ne plus sortir de notre tente pour ne plus avoir à affronter ces visions.

        Ma femme disparu le lendemain. Je crus un instant qu'elle venait de m'abandonner, et m'enfermai dans une rage sourde et douloureuse, ne daignant même pas sortir de chez moi ni répondre à ceux qui venaient sincèrement s'enquérir de mon état. Tout s'effondrait, je haïssais la terre entière et les Déesses elles mêmes pour m'avoir chargé de ce fardeau. Mais bientôt ma compagne revint, et elle portait avec elle le plus merveilleux des cadeau. Le plus beau des guides pour un clairvoyant. Un collier de cristaux choisis avec soin pour leur propriétés protectrices. Alors qu'elle le passait autour de mon cou, en m'embrassant amoureusement, une décharge me secoua tout entier. J'allais m'en sortir. Et elle serait là pour toujours. Elle m'aiderait.
        C'est ainsi que je remontai la pente. Chaque jour grâce à elle je m'entrainais un peu plus à sortir, contrôler mes visions ou ne pas me laisser envahir.
        Il y eut bien sûr des ratés, beaucoup de ratés, des jours au plus bas et des jours merveilleux. Mais au bout de deux ans. Deux très longues années, je pus me stabiliser. Mes dons étaient encore envahissants, mais je me détachais des émotions de chaque visions, les contrôlant assez pour les connaître mais pas les éprouver, et rien que cette aptitude améliora de beaucoup ma condition. Je pouvais enfin vivre de nouveau ma vie. J'avais 32 ans et je me sentais comme renaître. Jusqu'à un nouveau bouleversement. Et quel bouleversement. La première de mes deux filles. Elle était née une nuit d'orage. Elle avait mes cheveux et la robe de sa mère. C'était une petite fille forte et têtue, et elle devint très vite une vraie petite boule d'énergie renversant tout le village. Littéralement. Jamais un enfant ne nous avais causé tant d'aventures. Mais fort heureusement jamais rien de grave. Cette naissance fut un nouvel apport d'énergie et de force pour moi. Et quand un an plus tard, jour pour jour, notre deuxième fille vint au monde, je devins le plus fort des hommes, et le plus fier. Si sa sœur avait des cheveux bruns et une robe immaculée, la petite dernière fut son total opposé, tant en caractère qu'en couleurs. Le ying et le yang. Mes filles étaient des opposés s'équilibrant parfaitement jusqu'à tendre vers l'harmonie et la paix. La plus vigoureuse s'assagit, la plus renfermée s'exprima mieux. L'harmonie. C'est ce qu'elles nous apportèrent pendant 20 ans.

        Mais aujourd'hui Honaw vient me chercher. Si il fut un temps où je ne comprenais aucun de ses mots, ils me sont maintenant clairement intelligibles, et je l'entends me dire qu'il faut que je visite le monde et que je sois de ceux qui sauveront Yggdrasil. Le départ est proche, ma famille et mes frères le savent, et après tous ce qu'ils ont fait pour moi, la plus belle de toute est qu'ils comprennent mon départ et le soutiennent.
        J'amène avec moi un souvenir impérissable de ma famille, en l'empreinte de leurs mains sur mon flanc et le souvenir de leur baisers en mon cœur.

        Mon nom est Mark Qaletaga, et aujourd'hui est le début de ma nouvelle aventure.

                 

        Autre




        ♠ Comment avez-vous connu le forum ? : Grâce à la pirate au grand cœur, nulle autre que le Capitaine Sharp !

        ♠ Code :Les patates sont nos amies, il faut les aimer aussi~




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana Mardraäk
Admin
avatar

Messages : 247
Écus : 740
Date d'inscription : 19/07/2014

Feuille de personnage
Race: Humain
Métier n°1: Guerrier
Niveau: 16

MessageSujet: Re: Mark Qaletaga    Jeu 27 Aoû - 2:43

Bienvenue sur le forum!
Présentation validée avec un niveau de 8! Félicitation =)

_________________
           
                  
           
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aela-rpg.forumsgratuits.net
Mark Qaletaga

avatar

Messages : 22
Écus : 730
Date d'inscription : 26/08/2015
Age : 54
Localisation : Là où Honaw me guidera

Feuille de personnage
Race: Hybride
Métier n°1: Oracle
Niveau: 8

MessageSujet: Re: Mark Qaletaga    Jeu 27 Aoû - 2:45

Merci beaucoup !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora Sharp

avatar

Messages : 187
Écus : 1076
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 25
Localisation : Herm... Le rhum m'empêche de le discerner avec précision...

Feuille de personnage
Race: Humain
Métier n°1: Pirate
Niveau: 11

MessageSujet: Re: Mark Qaletaga    Sam 29 Aoû - 12:33

Ouais ouais j'suis en retard je sais mais vieux maut jard que tamais hein ?

Bienvenueeeeeeeeeeeeeee !!!

Ton personnage est génial, vraiment je l'adore, je suis même jalouse de ne pas pouvoir le jouer, et j'ai hâte de te voir en rp !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mark Qaletaga    

Revenir en haut Aller en bas
 
Mark Qaletaga
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Chaise] Kolorado Seta by mark ROBSON
» Omega Aqua Terra ou IWC Mark XVI
» Grande hésitation... (Milgauss, Hour Vision, L.U.C. Mark III)
» IWC Mark 11 ou 12
» [ Maison suspendue ] Mark Reigelman : Manifest Destiny!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre d'Aëla :: Préambule :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: