forum de rp médiévale fantastique
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Légende du Hollandais Vollant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enora Sharp

avatar

Messages : 187
Écus : 1109
Date d'inscription : 29/07/2014
Age : 25
Localisation : Herm... Le rhum m'empêche de le discerner avec précision...

Feuille de personnage
Race: Humain
Métier n°1: Pirate
Niveau: 11

MessageSujet: La Légende du Hollandais Vollant   Mer 1 Juil - 14:29

On raconte que de nombreux cimetières de bateaux émergent au large de Doven. La plupart d'entre eux sont des cimetières de bateaux royaux, coulés par les pirates pour défendre leur île et laissés là pour rappeler à tous ceux qui voudraient les attaquer d'y repenser à deux fois. Mais il en existe un, et un seul, au Nord de cette île de débauche, dont les pirates ne furent pas responsables...
  Ce cimetière ne comporte qu'un seul navire, échoué sur un récif corallien depuis des temps immémoriaux. Un immense bâtiment, au corps long et effilé, aux voiles noires et déchirées par les tempêtes, au beaupré bien trop long, évoquant la pointe d'une épée prête à transpercer ses opposants, et à la statue de proue comme une gueule de dragon prête à vous engloutir...

  On raconte que du temps où il voguait encore sur les eaux d'Aëla, ce vaisseau était commandé par un capitaine à la cruauté et à la violence sans pareille. Il était redouté de tous mais à la fois réputé, car son navire bien qu'immense et pouvant supporter plus d'une centaine de canons était connu pour être le plus rapide de tous...
Ceux qui étaient encore vivants après l'avoir vu de près racontent que le bâtiment semblait à peine toucher l'eau, et qu'il fendait les mers à la vitesse de l'éclair, comme un oiseau de mort fondant sur vous. Bien sûr tous ces racontars étaient discrédités par les autorités, refusant de croire que pareil navire existait, mais de plus en plus d'histoire filtrèrent à son sujet, et on put apprendre de vieux marins ou d'anciens membres de l'équipage ayant pu toucher terre en vie, que le capitaine était un homme très étrange, passant la plupart de son temps enfermé dans sa cabine, à boire et fumer. Mais d'aucun disent que parfois on l'entendait réciter d'étranges formules dans une langue inconnue de ses hommes, et qu'il arrivait parfois tard dans la nuit à certains des marins les plus âgés de croiser sur le pont, rôdant autour des appartements de leur capitaine, un énorme chien noir aux yeux luisants...
Il n'en fallut pas plus aux superstitieux et aux marins pour en déduire que le capitaine de ce vaisseau traitait avec les forces obscures de ce monde, et l'horrible laideur qu'était la sienne venait confirmer ces dires...

  Cependant par une nuit de tempête alors que le bâtiment traversait les eaux du Nord de Dagmar, rentrant à Doven après de longs combats pour se venger des hommes de Vëlgaya, on dit que le vaisseau fut pris au cœur des précipitations. Ballotté par les vagues, agressé par des tonnes d'eau s'écrasant sur son pont et s'infiltrant dans sa cale, il n'y avait plus de vaisseau protégé par les sombres entités de ce monde, ce n'était plus qu'un simple navire pris dans une des tempêtes les plus violentes depuis des centaines de lunes...
  Terrorisé, l'équipage supplia le capitaine de trouver un abri et de dévier du cap s'il le fallait le temps que la tempête se calme, mais il refusa, et abandonna ses hommes à leur sort tandis qu'il se repliait dans sa cabine et s'y enferma pour fumer et boire, ordonnant qu'on maintienne le cap et défiant le ciel de couler son navire :
"Ik zal vaeren,
storm of gheen storm.
Ik zal vaeren,
al is het tot in den eeuwigheid !" *
Hurla-t-il avant de disparaître.
  Peu après la tempête s'aggravait encore, et le capitaine, ivre, sortit alors de sa cabine. Mais c'est à cet instant qu'une forme lumineuse apparut sur le pont, entre lui et ses hommes. On dit que des pirates, terrorisés par l'esprit qui était apparut devant eux, se jetèrent par dessus bord pour échapper à ce cauchemar, et c'est d'eux que nous vient cette histoire, traversant les âges.
Sur le pont du bateau, le capitaine menaça l'apparition de son sabre, l'injuriant et la défiant encore de couler son bâtiment. On dit que sa voix était si emprunte de haine qu'elle raisonnait au dessus du fracas des vagues et de la tempête elle-même. Et c'est alors que les marins luttant pour leur survie la virent... La mystérieuse entité fila droit vers le ciel et au moment même où elle levait ses mains droit vers les nuages, sans un bruit, une colonne de foudre vint s’abattre au centre du navire, déchirant sa coque en deux comme on déchire une feuille de papier, et le laissant couler, emporté par la mer démontée, fracassé contre les rochers, écrasé par les vagues...

  Les rescapés miraculeux purent alors raconter son histoire. Ils sont persuadés d'avoir assisté à une intervention de l'au delà, venue punir leur capitaine et tout l'équipage pour leurs mauvaises actions et leur barbarie, et qu'ils ont échappé à la folie de la mer grâce à cette même intervention, dans le but de raconter cette histoire, comme une mise en garde pour les autres pirates...
  Peu de temps après les restes du bâtiment furent retrouvés échoués sur un récif, dont aucun navire ne peut d'ordinaire s'approcher. Nuls doutes que la tempête l'y avait projeté. On ne trouva aucune trace de survivants...

  Mais la légende raconte encore, que par nuit de tempête, les bateaux perdus loin de leur terre, peuvent apercevoir au loin, éclairé par une lueur presque irréelle, la silhouette d'un grand navire, au beaupré comme une lame prête à s'enfoncer dans la coque de leur navire, et à la proue comme une gueule de dragon prête à les dévorer, émerger des flots, et faire cap droit sur eux à une vitesse improbable, commandé par un capitaine à la voix si forte qu'elle s'élève au dessus des embruns sur des miles et des miles à la ronde...
  Peu d'entre eux ont survécu et peuvent aujourd'hui en parler, mais ce vaisseau fantôme a fait de nombreuses victimes. Il vogue aujourd'hui encore sur les mers d'Aëla, et on dit qu'il entraîne ses victimes au fond des eaux en ouvrant la mer sous leur bâtiment, avant de les canonner et de laisser les flots les engloutir...
Il ne vous fera aucun cadeau, que vous soyez pirate ou honnête homme, et lorsque vous verrez la plaque gravée à son nom, c'est qu'il sera déjà trop tard pour vous... Sachez tout de même que si toutefois vous en réchappez, il serait plus prudent de ne plus prendre la mer, car si la mort vous à frôlé, l'infortune vous suivra.

  Si vous prenez la mer par temps agité, méfiez vous des autres navires que vous voyez poindre à l'horizon, qui sait, peut être que le Hollandais Volant vient pour vous...



* : Je naviguerai,
tempête ou pas tempête.
Je naviguerai,
même pour l'éternité !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La Légende du Hollandais Vollant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aquarium Amazonien ou Hollandais?
» Projet Aquarium hollandais
» Création d'un aquarium Hollandais (Plantes)
» Ciudad del Este: la légende mystérieuse
» MONK 18 mois genre berger hollandais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre d'Aëla :: Détente :: La grande place :: Bibliothèque-
Sauter vers: